Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Olivier Decèse revient avec nous pour un second article sur sa vie d'auteur.

 

 

Me revoilà pour vous parler de la vie d'un auteur, sa façon de travailler, etc., même si ce n'est sans doute pas la façon de faire de tous. Nous avons chacun nos tics et nos tocs.

La dernière fois, je vous avais dit que je vous parlerai de la façon dont me viennent les idées, mes inspirations, mon travail de recherche quand c'est nécessaire et de la manière dont je traite chacune de mes histoires.

 

Mais pour commencer je vais décrire mes outils de travail, en dehors de l'ordinateur, du papier, des stylos et de l'huile de coude.

J'utilise trois supports dont je me sers beaucoup, même si avec internet il y a possibilité de faire des recherches et de tout trouver. Mes trois supports principaux sont le dictionnaire Larousse, le dictionnaire des synonymes (très utile pour ne pas se répéter sans cesse) et le Bescherelle.

 

Quant à mes inspirations, elles me viennent de partout : ce que j'entends (les discussions des gens entre eux, ou celles que je tiens avec eux), les films que je vois, les documentaires (sur Arte ou ailleurs), ce que je lis, tous mes souvenirs (conscients ou inconscients qui rejaillissent parfois à l'improviste), mes études (j'ai gardé quelques cours de mes études supérieures ou du lycée), des fiches effectuées, des notes prises (au hasard ou pas)... et tout ce que j'ai vu au cours de mes voyages.

N'importe quelle idée peut servir, même la plus anodine. Et puis c'est fou, je ne sais pas si vous avez déjà pu le remarquer, mais dès que vous êtes sur un sujet, alors les infos tombent souvent d'elles-mêmes. Peut-être parce qu'en temps ordinaire on n'y fait pas attention et que là, tout à coup, comme il s'agit de ce qui vous occupe l'esprit, vous trouvez ou entendez des choses concernant votre sujet, qui viennent enrichir vos connaissances.

Prenons un exemple fictif. Imaginez que votre histoire se déroule dans le Grand Nord canadien où vous n'avez jamais mis les pieds, sur un voyage avec un équipage de chiens de traîneau. Aussitôt vous tombez sur une émission à la télé portant sur le Grand Nord canadien ou sur les chiens de traîneau, un ami vous offre un livre sur le sujet, ou vous rencontrez un canadien qui est allé dans le Grand Nord et qui dirige un chenil. Incroyable ! Mais ça arrive.

Ça arrive même tout le temps. Et des exemples comme ça on pourrait en ramasser à la pelle, comme les feuilles des arbres qui tombent en automne.

Enfin, il y a la bibliothèque où l'on peut effectuer des recherches. Ce qui m'arrive de temps à autre, sur certains sujets. Essentiellement en histoire ou en géographie.

 


"Les bruits les plus sympas ce sont ceux des discussions plus ou moins lointaines qui vous parviennent doucement, les petits bruits de tous les jours, caractéristiques du lieu, de la bière qu'on tire d'un fût, du café qui passe ou du tintement délicat d'un verre. Et surtout la musique de fond."

 

 

Maintenant venons-en au pourquoi j'écris au café, mais pas que (et là je sais que beaucoup d'auteurs en font autant, même si certains préfèrent plutôt s'enfermer seuls dans leur chambre ou leur bureau pour produire, s'exiler dans une cabane au fin fond des bois...).

Il y a plusieurs raisons.

Tout d'abord l'habitude. Ensuite le côté social. La vie d'écrivain est une vie très solitaire. Le fait d'écrire dehors permet de rencontrer du monde, de discuter de tout et de rien, et parfois d'échanger sur son travail, trouver des lecteurs potentiels, enrichir son panel d'expériences...

De plus le bruit m'a toujours aidé à me concentrer. Pas n'importe quel bruit. Il y en a certains qui perturbent au contraire, comme une télé trop forte, quelqu'un qui braille au téléphone (ça c'est insupportable pour se concentrer), alors que deux personnes qui discutent face à face, même si elles parlent un peu fort, ça n'est pas gênant. Il y a encore quelqu'un de bourré qui beugle, ou une personne qui vient directement vous parler pendant que vous écrivez. Cela arrive aussi fréquemment. Je ne parle pas des habitués qui entrent et vous saluent, mais de ceux qui viennent vous tenir la jambe pendant des heures. J'en ai même rencontré qui espéraient figurer dans un de mes écrits (je ne mens pas, c'est vrai).

Les bruits les plus sympas ce sont ceux des discussions plus ou lointaines qui vous parviennent doucement, les petits bruits de tous les jours, caractéristiques du lieu, de la bière qu'on tire d'un fût, du café qui passe ou du tintement délicat d'un verre. Et surtout la musique de fond.

Cette habitude je la tiens de longue date. Enfant je faisais mes devoirs en écoutant de la musique.

Et puis enfin j'aime écrire au café parce que chez moi c'est plus difficile. J'ai beaucoup plus de mal à me concentrer là où j'ai toutes mes affaires et d'autres habitudes. À moins d'avoir subitement une idée qui me traverse l'esprit et de me lancer dedans, mais en général ça ne dure pas longtemps. Juste le temps de la retranscrire ou d'en noter les grandes lignes, sans détailler, que je reprendrai plus tard au café. J'ai toujours mille petits détails qui viennent me perturber si j'essaie d'écrire à la maison. Je suis tenté par des futilités, j'ai du mal à m'y mettre... et encore plus à y rester. Je ne tiens pas aussi longtemps le rythme.

La seule nouveauté, c'est que depuis que j'ai déménagé et que j'ai un plus grand appartement, avec plus de pièces et surtout un petit jardin, aux premiers beaux jours, je prends plaisir parfois à m'installer sur ma table de jardin pour écrire sous les doux rayons du soleil, quand il n'est pas encore trop chaud. Pour l'instant je le fais encore très peu, mais je suis sûr que dans peu de temps mon jardin deviendra également un lieu d'écriture privilégié, sans toutefois abandonner le café (pour toutes les raisons mentionnées).

 

Voilà, j'en ai terminé pour cette partie. Il ne me restera plus qu'à parler des cas spécifiques de chacun de mes écrits, mais ce sera pour une prochaine fois. D'ici là, bonne lecture à tous.

 

Ocèse


Retrouvez Olivier Decèse par ici > 
http://olivierdecese.com/
Ou encore par là ! > https://www.amazon.fr/Olivier-Dec%C3%A8se/e/B009Y3B2P6

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :