Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’écriture d’un quatre mains, sans jamais oser poser la question

L’écriture d’un quatre mains, aussi appelée écriture collaborative est une association de deux auteurs (ou plus si affinités) dans le but de pondre une œuvre géniale, mêlant les qualités de chacun des participants.
Oui, mais voilà, comment on s’y prend ? Quelles sont les règles à suivre pour que cette aventure ne tourne pas au cauchemar, en mode règlement de comptes ?
Je vais vous donner mes tuyaux, et comme c’est un article parlant de « collaboration », j’ai invité des auteurs à venir me prêter un coup de main sur le sujet.

1. Trouver son coauteur

« Oui, j'aimerais tenter l'aventure et aller jusqu'au bout, créer à deux une entité livresque. (...) Je ne sais pas avec qui par contre, je n'ai pas rencontré de personne avec qui j'ai sérieusement envisagé un ouvrage commun. » Alban Bourdy, auteur.

 Avec qui se lancer dans la grande aventure ? Les avis divergent. Je pense que c’est une question de feeling, d’être sur la même longueur d’onde, que ce soit un ami, ou non. Il s’agit de se poser les questions en amont permet de ne pas être déçu par la suite : avez-vous les mêmes attentes de ce projet ? Et du temps à lui consacrer pour sa réalisation ? Avez-vous le même sens de l’humour ? Une culture commune ? Des goûts littéraires communs ?

    « J’avais passé une petite annonce lol. Elle a répondu. Nous avions une culture littéraire commune et dès le départ nous avons eu une idée de roman. »  Angie Le Gac et Tan Hagmann « d’autres horizons », toujours amies !

2. Cultivez vos différences !

« Je pense qu’écrire à deux permet d’apprendre. Apprendre de l’autre, s’améliorer, s’enrichir. » Shana Keers, auteur.

Chacun son style, et ce n’est pas un problème, au contraire.  
Vous êtes auteur de polar, elle de romance : pas de souci, une romance pleine de suspense et hop le tour est joué ; son univers est poétique, le vôtre réaliste : un héros rêveur et une héroïne écorchée par la vie vont se retrouver sur le bord d’une route…
Jc staignier est romance historique, et moi feel-good contemporain. Pas de problème, un appel à texte sur son fil facebook et une conversation de trente secondes  plus tard, nos héros étaient nés, mélangeant nos deux univers !
L’écriture s’enrichit du style de chacun !

 « J’avais envie de partager mon univers avec quelqu’un d’autre, de partager mes idées et de m’amuser. Je voulais également apprendre de cette autre personne et je me disais quand réunissant deux univers, on ne pouvait que donner quelque chose de fabuleux à nos lecteurs » Celina Rose, auteur.

3. Planifiez !

Il faut être organisé, peut-être davantage que lorsque l’on écrit tout seul.
Et c’est là, où je suis un très mauvais exemple ! Le temps est l’ennemi de l’écrivain, et il faut arriver à ce que les deux soient en harmonie pour qu’aucune frustration ne s’installe. Je vous conseille donc d’en discuter avant.
- Ai-je le temps de me lancer dans un projet à deux et de poursuivre mes projets solo ?

 « Mon conseil ? Peut-être s’assurer que chacune pourra consacrer du temps au projet afin qu’il avance à un bon rythme. »Angie Le Gac, auteur.

- À quelle fréquence écrivons-nous ? Un chapitre chacun ? Un point de vue chacun ? Ou mélangeons-nous nos écritures ?

- Quand souhaitons-nous avoir terminé cette œuvre ? Dans quel but ?

Fixez-vous des contraintes pour vous en libérez ensuite.

4 : Un seul mot d’ordre : partage !

Oh là là ! Je vois vos traits se tirer, vos neurones se mettre à cogiter.
- Et si je n’aime pas ce qu’il a écrit ? Bah tu lui dis ! Tu lui expliques ce qui selon toi ne va pas et pourquoi.
-Et s’il veut tuer le personnage que j’adore ? Demande-toi alors si cette idée qui te dérange tant ne pourrait pas être LA bonne idée, celle qui changera votre récit et en fera une œuvre plus originale. Oui,toi tu n’aurais pas fait ça, et alors ?
Comme dans tout couple, le dialogue est essentiel. Evident, me direz-vous. Mais en fait, beaucoup ont du mal à dire le fond de leur pensé, à mettre les choses à plat de peur de vexer l’autre, mais c’est là que les quiproquos s’installent et que les disputes risquent d’envenimer les choses.

« Même si ça n'aboutit pas, cela suscite un partage et une confrontation intéressant-e-s et un enrichissement pour de futures aventures. Et le côté porter à deux une œuvre, je trouve ça très motivant, ça libère et ça responsabilise tout en même temps. » Alban Bourdy, auteur.


5. l’union fait la force !

Au cas où vous ne seriez pas encore convaincu par ce long plaidoyer en faveur de l’écriture collaborative, je vous ajoute un argument qui devrait faire mouche. Vous ne serez plus seul face à votre feuille blanche, vous ne serez pas seul non plus pour traquer la méchante petite faute d’orthographe. Vous aurez toujours un ami, mais en version 2.0 : lecteur, correcteur, bêta-lecteur, dictionnaire de synonymes...  Bref, c’est pratique ;-) Vous serez deux pour la pub, les mails, répondre aux fans en délire et lors des séances de dédicace, plus de temps mort, vous pourrez toujours préparer la trame de votre second tome !


Le mot de la fin : Lancez-vous !

A deux, on est plus forts ! Plus forts que les phases de doute, la page blanche, les maisons d’édition qui tardent à répondre, la mise en page et le tiret cadratin !

Tag(s) : #Voix d'auteur
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :